BelvedeЯ +

L’adaptation climatique, un enjeu métropolitain ?

Téléchargez l’article au format PDF

Voir le contenu additionnel

Sinda HAOUES-JOUVE,
Maître de conférences en Urbanisme et Aménagement, membre du LISST – CIEU Université Toulouse II – Jean Jaurès

Julia HIDALGO,
Chargée de recherches en climatologie urbaine au CNRS, membre du LISST – CIEU Université Toulouse II – Jean Jaurès

Geneviève BRETAGNE,
Responsable Environnement Et Transition Énergétique à l’aua/T

Le renouvellement du cadre réglementaire national conforte le rôle central des intercommunalités dans la mise en œuvre des stratégies climatiques et énergétiques locales. Pour autant, si le volet atténuation de ces stratégies est aujourd’hui bien maîtrisé, celui relatif à l’adaptation, plus transversal, peine à s’affirmer comme un champ pertinent et autonome de l’action publique locale.

L’enjeu aujourd’hui consiste bien à en faire percoler les objectifs et les leviers dans l’ensemble des dispositifs publics, particulièrement en urbanisme.

La métropole toulousaine se prête depuis quelques années à cet exercice, en collaboration avec des chercheurs toulousains (Météo France, LISST-CIEU 1, LRA 2…), en questionnant l’intégration des caractéristiques du climat local et des enjeux locaux du changement climatique dans la pratique de la planification et de l’aménagement urbain.

Le territoire métropolitain connaît des saisons marquées, avec un printemps pluvieux et frais, un été sec et chaud, un automne doux et ensoleillé, puis un hiver assez froid et modérément arrosé. Sur le long terme (1951-2012), on note une augmentation d’environ 0,25 °C/décennie, avec une accentuation du réchauffement depuis le milieu des années 1990. Les projections climatiques à l’horizon 2071-2100 montrent une augmentation du nombre de journées estivales (T > 25 °C) qui passerait de 90 actuellement pour se situer entre 114 et 147 selon le scénario climatique considéré. L’îlot de chaleur urbain actuel atteint environ 4 °C sur Toulouse et aura tendance à augmenter avec le développement urbain, superposant cet effet de surchauffe locale au réchauffement moyen annoncé par les projections climatiques.

Les interactions ville-climat sont ainsi mieux reconnues aujourd’hui et identifiées comme un véritable enjeu d’aménagement du territoire. En cohérence et en concomitance avec les révisions actuelles du Plan Climat Énergie Territorial (PCET) en Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) ‒ afin d’y intégrer la problématique de la qualité de l’air ‒ les exercices d’urbanisme qui s’engagent aujourd’hui à l’échelle inter ou supracommunale constituent de réelles opportunités pour renouveler les pratiques d’aménagement et de planification territoriale en y intégrant des données climatiques, en créant des dynamiques interservices, en sensibilisant davantage les décideurs et en produisant de nouveaux outils.

Diagnostics climatiques locaux, cartographies, boîtes à outils, etc. constituent autant d’éléments d’expertise climatique pouvant être distillés à toutes les étapes d’élaboration des documents d’urbanisme, en visant une articulation des différentes échelles de temps et d’espace.

 

1. Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires, Université Toulouse Jean Jaurès
2. Laboratoire de Recherche en Architecture, École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse

photo mise en avant © Sicoval

Contenu additionnel :

 

Pour aller plus loin :