BelvedeЯ +

Saint-Étienne expérimente autour des rez-de-chaussée commerciaux

Téléchargez l’article au format PDF

Voir le contenu additionnel

Frédéric BOSSARD
Directeur Général
Epures, Agence d’urbanisme de la région stéphanoise

Saint-Étienne, 172 000 habitants, situé à 60 kilomètres de Lyon, n’échappe pas à ce constat, avec environ 15 % de vacance commerciale en centre-ville.

Cependant, la capitale française du design ne se résigne pas. Elle s’appuie sur une longue expérience de revitalisation urbaine et un tissu social riche pour démultiplier les expérimentations autour de la réappropriation des rez-de-chaussée. La Cité du design et sa biennale internationale offrent un formidable espace d’opportunités.

Rue de la République du design, 10e Biennale internationale du design de Saint-Étienne

La Cité du design et la biennale, catalyseurs d’initiatives

La présence forte de rez-de-chaussée dédiés à l’activité est, en large partie, un héritage du passé industriel et minier de la ville, mais ils amplifient la problématique de la vacance commerciale.

La ville est aussi connue pour son dynamisme social qui milite pour des approches alternatives et agiles. Ses collectifs et associations, comme Carton plein, Rues du Développement Durable, ou Aux Pieds des Marches, trouvent dans la présence de la Cité du design et les biennales matière à expérimentation, permettant de créer un réel impact sur le territoire.

Ainsi, Carton plein, qui s’était forgé une première expérience avec La Cartonnerie1, a développé le B.E.A.U.2, lors de la biennale 20153. Les trois semaines d’expérimentation dans un immeuble en attente de rénovation, dans le centreville, ont permis de tester une série d’outils comme une cartographie fine des rez-de-chaussée du quartier, des tests d’activité par des porteurs de projets associatifs, créatifs, ou de l’économie sociale et solidaire. Ces animations, expérimentations in situ et prototypages ont généré une forte visibilité locale ainsi que sur les réseaux sociaux, et ont débouché sur l’installation d’un concept commerce- restaurant.

Cette expérimentation connaîtra un prolongement pendant la biennale 20174, à travers Ici-Bientôt, dans un local de la rue de la ville5. Ici- Bientôt se veut une approche plus globale que la seule reprise des cellules commerciales, en intégrant le projet au quartier et à son animation, en proposant une aide en design et communication, en trouvant des partenaires appuis aux porteurs de projets.

Rue de la République du design, 10e Biennale internationale du design de Saint-Étienne

Des expérimentations

Le design à Saint-Étienne est un marqueur territorial fort. La biennale en est l’expression la plus visible mais pas l’unique. Le Grand Projet Rhône-Alpes « design dans la ville » avait permis le recrutement d’une design manager, dont la mission consiste à développer le design dans l’action de la collectivité, ou encore l’organisation d’un concours commerce design pour valoriser les réaménagements commerciaux. Autant d’initiatives qui ont trouvé une amplification dans les biennales.

Lors de la préparation de la biennale 2017, le départ de plusieurs enseignes prestigieuses de la rue de la République, rue commerçante emblématique de la ville, a frappé les esprits : 30 % des cellules commerciales ont été fermées. S’interrogeant sur les causes de cette déshérence, la design manager s’empare de la problématique et s’attache à la relier à la thématique de la biennale via le programme européen Human Cities. C’est via un appel à projet que la rue de la République du design naîtra. La Ville identifiera les propriétaires, prendra à sa charge la remise en état des 18 cellules mobilisables, les abonnements nécessaires à la tenue des commerces et activités pendant le mois d’expérimentation programmé dans le IN de la biennale. Les 39 activités accueillies durant ce mois sont pour la moitié d’origine locale. Outre un supermarché coopératif, ce sont des artisans locaux, des lieux d’expositions, des boutiques, des showrooms, des espaces de coworking qui ont animés la rue de la République.

Parallèlement, la Métropole réfléchissait à une pépinière en centreville. Ce fut donc l’occasion de l’installer dans cette rue. L’accueil des commerçants et du public très positif, la forte fréquentation pendant la biennale, montrent que d’autres solutions positives existent. La Ville reprendra l’idée des « popup stores », ou boutiques éphémères, dans la rue de la République, lors de temps particuliers comme la Fête du Livre ou Noël.

Dernière expérimentation, d’initiative privée, mais une nouvelle fois inspirée d’une biennale6, est celle portée par l’association Rues du Développement Durable. Cette association, créée en 2009 autour du QPV7de la colline du Crêt de Roch, en centre-ville, dresse le constat que l’intervention publique de rénovation urbaine et sociale ne sait pas intervenir pour les rez-dechaussée. Elle s’est lancée, à partir de 2011, dans la création d’une foncière pour acheter des locaux en pied d’immeubles dans le quartier, afin de les mettre à disposition d’activités via un portage locatif. L’association offre un cadre et une sécurisation pour les propriétaires, dont certains intégreront d’ailleurs l’association.

Au-delà de la dizaine de locaux réinvestis, l’installation d’un caviste qui valorise la production locale, d’une épicerie proposant des produits sans emballage, d’artisans, et même d’un espace culturel, « Le Magasin », l’association a créé une cantine de quartier pour prolonger sa philosophie d’animation et développer un lieu de rencontre.

Rue Saint-Jean, Saint-Étienne

  1. Espace public temporaire géré par l’association Carton plein avec le soutien de l’EPA. Publication LA CARTONNERIE, expérimenter l’espace public, Saint-Étienne 2010 > 2016, Éditions du Puca, collection « Recherche », 2016, dans le cadre du programme du Puca « Le Hors champ de la production urbaine ».
  2. Bureau Éphémère d’Activation Urbaine.
  3. Biennale internationale design de 2015 : Les Sens du beau.
  4. Biennale internationale design de 2017 : Working Promesse – Les mutations du travail.
  5. Il s’agit d’une ancienne rue commerçante emblématique de la ville, aujourd’hui en forte perte d’attractivité.
  6. Biennale internationale design de 2008 : John Thackara, commissaire de l’exposition City Éco Lab.
  7. Quartier politique de la ville.

© Ville de Saint-Etienne © Etienne B. photography © P. Coupelon – epures

Contenu additionnel :


Lien vers le site internet d’Epures, Agence d’urbanisme de la région stéphanoise : http://www.epures.com

Lien vers le site internet de la Biennale internationale du Design de Saint-Etienne : https://www.biennale-design.com/saint-etienne/

Paramètres de confidentialité

Nécessaires

Ces cookies vous permettent de vous connecter tout en assurant une sécurité dans la navigation

wordpress logged_in, wordpress sec

Advertising

Suivi des visites

Afin de vous offrir la meilleure expérience, nous réalisons un audit des visites. Vous pouvez refuser le suivi en cliquant ici.

Outil de suivi des visites Matomo

Other