BelvedeЯ +

Se diversifier pour accompagner la mutation des zones commerciales de périphérie

Téléchargez l’article au format PDF

Voir le contenu additionnel

Florence MIZZI
Responsable Prospective et Futurs urbains
aua/T
Morgane PERSET
Chargée de mission Prospective et Dialogues urbains
aua/T

Entre 2016 et 2018, Immochan (foncière du groupe Auchan) a engagé sa mue pour investir de nouveaux champs d’activité : loisirs, logement, bureaux, espaces de santé ou de coworking. Désormais nommé Ceetrus, le groupe a ainsi évolué du modèle classique de foncière de distributeur vers les métiers de l’aménagement, de la promotion, de la gestion et de l’exploitation d’actifs commerciaux et autres.

Entretien avec Marc Rigaud, Directeur du développement et de la diversification, Ceetrus

 

Quels impacts observez-vous de l’évolution des modes de consommation sur les centres commerciaux ? Quel sont les formats des commerces de demain ?

En immobilier, il faut être à l’écoute des clients et s’adapter à leurs besoins. Ceux exprimés par les commerçants sont nombreux : des zones de stockage transformées, la possibilité de mêler surface de vente et entreposage, la création de showrooms où l’on passe uniquement des commandes et non de points de vente, etc. Il y a autant de stratégies que d’enseignes, et Ceetrus cherche à offrir à chacune un cadre, un format, un local adapté. À l’échelle d’un centre commercial, il s’agit de se conformer à ces attentes particulières tout en ayant la vision d’ensemble d’un linéaire marchand. Il s’agit aussi d’offrir du plaisir, l’envie de parcourir une rue commerçante. Ceci étant dit, il est difficile de s’exprimer sur les formats de demain : sobriété, circuits courts, « expérience client », etc.

 

Quels sont les facteurs à l’origine de la transformation d’Immochan en Ceetrus et de la diversification de ses activités ?

L’évolution des modes de consommation et le passage au digital ont guidé l’évolution de la stratégie du groupe Immochan. On se devait d’accompagner ces changements. Nous sommes convaincus que la transformation à laquelle nous assistons va se concrétiser par une plus forte concentration du commerce et une mutation des usages commerciaux. Cela entraîne la mutation d’activités commerciales vers d’autres activités et la reconversion des locaux, sans quoi ces actifs perdent progressivement de leur valeur. Aussi, avec la Loi Elan 1, on sait qu’il va falloir accompagner la mutation inéluctable des zones commerciales de périphérie pour ne pas suivre l’exemple des États- Unis. Du foncier pourra ainsi être libéré et nous réfléchissons avec les collectivités à l’avenir de ces espaces. Ils peuvent muter vers de nouvelles activités même si le commerce en reste la vocation principale. Dès lors, il ne suffit plus d’être uniquement compétent en matière de commerce. Au sein du groupe Ceetrus, le commerce est ainsi considéré comme une brique de base. Autour de celle-ci, d’autres usages viennent se greffer pour renforcer l’activité commerciale : logement, tertiaire, résidences gérées, hôtellerie, loisirs, etc. Parmi ces nouveaux champs qu’investit Ceetrus, nous sommes résolument convaincus que le logement est aujourd’hui un moteur fort.

 

Quels changements en matière de métiers, de modes de faire, de partenariats, la diversification de vos activités a-t-elle entraînés ?

Aujourd’hui, Ceetrus c’est 1 200 000 m² de surfaces commerciales, 3 500 baux sur toute la France et 1 000 locataires. Nous avons une équipe qui connaît spécifiquement ce type d’immobilier et de fait, la diversification de nos activités nous a amenés à faire évoluer nos métiers vers ceux de l’aménagement, de la promotion tertiaire, etc. C’est une vraie transformation pour Ceetrus ! Par exemple, la pré-commercialisation de logements doit être beaucoup plus importante pour lancer un programme résidentiel que pour des commerces. Autre exemple, dans le cadre d’opérations de renouvellement, la plus grande difficulté pour nous réside dans la gestion de la transition entre démolition et construction. Il s’agit aussi de gérer la temporalité des opérations au regard des documents d’urbanisme. Une opération peut prendre entre 3 et 8 ans entre sa conception et sa sortie de terre, c’est un travail de longue haleine. Pour travailler sur ces questions, nous nous entourons de grands opérateurs comme Eiffage, Bouygues, mais aussi d’opérateurs locaux et régionaux. Bien entendu, nous travaillons en étroite relation avec les collectivités, la SAFER2 aussi par exemple, etc. La transition d’Immochan vers Ceetrus nous a donc amenés à construire une nouvelle méthode de travail pour répondre territoire par territoire, en proposant de la couture urbaine et en travaillant avec chacun pour construire des projets sur mesure. La signature de Ceetrus c’est une maîtrise foncière totale qui repose sur une connaissance fine des territoires, des collectivités et des acteurs.

 

Pôle de bureaux et de coworking Pixel, Avignon

  1. ELAN : Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique
  2. SAFER : Société d’Aménagement Foncier et d’Établissement Rural.

© Ceetrus

Contenu additionnel :


Site internet de Ceetrus : http://www.ceetrus.fr/fr

Paramètres de confidentialité

Nécessaires

Ces cookies vous permettent de vous connecter tout en assurant une sécurité dans la navigation

wordpress logged_in, wordpress sec

Advertising

Suivi des visites

Afin de vous offrir la meilleure expérience, nous réalisons un audit des visites. Vous pouvez refuser le suivi en cliquant ici.

Outil de suivi des visites Matomo

Other