BelvedeЯ +

Il y a 110 ans, la naissance des tramways électriques à Toulouse

Téléchargez l’article au format PDF

Voir le contenu additionnel

Robert MARCONIS,
Professeur émérite, membre du LISST – CIEU Université Toulouse II – Jean Jaurès

Le 7 mai 1906, Toulouse entrait dans le XXe siècle en inaugurant sa première ligne de tramways électriques.

Une page se tournait : en quelques années les derniers omnibus à chevaux, qui avaient vu le jour en 1863, disparaissaient, tout comme les tramways hippomobiles sur rails qui desservaient les boulevards depuis 1887. En 1902, la Ville avait concédé, pour 50 ans l’exploitation du nouveau réseau à l’ancien concessionnaire avec à charge pour lui de le construire, d’acquérir le matériel roulant et de l’exploiter « à ses risques et périls ». Quelque 55 km de voies furent posés entre 1906 et 1912, supportant un véritable réseau de 91 km de lignes exploitées par 150 motrices, desservant la partie dense de la ville et sa périphérie rurale que l’on nommait alors la « banlieue urbaine » (Saint-Simon, Lafourguette, Croix-Daurade). Le succès fut considérable : dans la commune de Toulouse qui comptait alors 150 000 habitants, les tramways électriques transportaient 12,6 millions de voyageurs dès 1912. Dans le centre historique, leur gabarit avait imposé l’abandon des rues étroites rayonnant autour du Capitole et concentré le trafic des transports en commun sur les deux percées nouvelles à peine achevées, la rue d’Alsace-Lorraine, prolongée par la rue du Languedoc et la rue de Metz, qui s’imposèrent alors comme des axes majeurs de la vie urbaine. En 1913, la construction du Pont des Catalans, permettait l’établissement d’une ligne circulaire sur la ceinture des boulevards.

Dès 1912, sous l’autorité du Département, le concessionnaire prolongeait certaines de ces lignes vers la « banlieue suburbaine », desservant les communes périphériques, Castanet (1912), Colomiers (1913) et Blagnac (1914).

Le réseau établi avant 1914 ne fut guère modifié ensuite. À partir de 1926, les nouvelles dessertes furent assurées par des autobus qui remplacèrent peu à peu les tramways après 1945. Le dernier circula sur les boulevards le 7 juillet 1957.

photos © Musée des transports de Toulouse

Contenu additionnel :

 

  • Robert Marconis, géographe et co-auteur du livre « 150 ans de transports publics à Toulouse », aux Editions Privat, revient sur cette histoire fabuleuse des transports publics toulousains :
    https://www.youtube.com/watch?v=tLJKIRRAIvk

 

Paramètres de confidentialité

Nécessaires

Ces cookies vous permettent de vous connecter tout en assurant une sécurité dans la navigation

wordpress logged_in, wordpress sec

Advertising

Suivi des visites

Afin de vous offrir la meilleure expérience, nous réalisons un audit des visites. Vous pouvez refuser le suivi en cliquant ici.

Outil de suivi des visites Matomo

Other